Fosdem 2005

February 28, 2005

J’ai un truc tout fait où je raconte plus ou moins mon week-end au Fosdem. Sauf que ce truc est sur mon portable, et que je n’ai pas d’accès au Net suffisamment “sûr” pour le blogger. La faute au pas de HTTPS pour l’interface d’admin de ce site. Un jour j’aurais mon serveur rien qu’à moi… En attendant je me coltine une authent’ en HTTP en clair via le proxy de l’Insia : c’est pas ce qu’il y’a de mieux mais c’est moins pire que le réseau Wifi cyclothimique que proposent sympatiquement nos voisins du Cefp.

On va résumer les choses, je posterai peut-être l’autre machin plus tard si quelqu’un m’ouvre la bulle, ou si je décide d’aller jouer du Kismet dans Paris pour monter un tunnel SSH et tout un tas de choses tirées par les cheveux dont on se moque un peu… Sinon ça attendra demain puisque je bosse et j’aurais donc un accès au Net qui va bien. :)

Le Fosdem c’est vachement bien, et c’est très crevant. Ça motive de voir la quantité de gens avec qui on partage ses défauts : des jeunes, des moins jeunes, des barbus, des anargeeks, etc. J’ai fait le voyage avec une moitié de gens que je n’avais jamais vu, qui traînent apparemment en Fac/Squat avec Lunar, et qui sont en fait vraiment tous sympas. Et ça fait plaisir de rencontrer des nicks que je croise plutôt sur IRC. :)

Un compte rendu plus détaillé peut-être plus tard, je mettrai sûrement ce post à jour. En fouillant un peu sur le site du Fosdem, on trouve de toute façon quelques photos (mise à jour progressive, y’en a aussi), et une page listant les comptes-rendus des gens intéressés par la chose.Update: J’ai finalement pu mettre les pieds dans la bulle, et squatter un coin de bureau avec mon laptop. Sweet.

Le Fosdem est un rassemblement européen de développeurs travaillant dans le logiciel libre, ou open-source. C’est un truc international et donc tout en anglais, ce qui rend assez étrange l’écoute des différents orateurs. Ça c’est passé ce week-end ; et avec 9 autres personnes on s’est décidés à aller y faire un tour. Bien sûr, l’organisation n’est pas notre fort, et ça aurait pu se faire mieux, en fait c’était bien comme ça. Même s’il a fait super froid : neige, vent, -2, etc, ce temps atroce convenait bien à l’enfermement de geeks dans un endroit chauffé. J’étais là dans un but purement récréatif, et je confirme donc : le Fosdem est vraiment un bon moyen d’occuper intelligemment un week-end. :)

JOUR 1

Le tout se passant à Bruxelles, on s’est partagés deux voitures le temps du trajet. A ce propos, j’aimerais qu’on m’explique le manque total de panneaux pour se repérer dans Bruxelles. Pas un seul, c’est trop bête.

Le début des hostilités (un peu avant 11 heures pour nous) était marqué par une messe de RMS, devant un amphi bien rempli, qui a comme à son habitude parlé de la FSF, de copyrights, de proprieté intellectuelle, etc., mais aussi des brevets logiciels en Europe (mais si vous savez, ce truc absolument infâme et liberticide qu’on essaie de faire passer pendant que vous regardez aileurs). Je pense qu’il prêchait un peu en terrain conquis puisque que la vaste majorité des gens présents sont ici pour le logiciel libre, présenter leurs projets, ou encore écouter les autres… L’Université Libre de Bruxelles avait gentiment prêté une partie de son campus, et on nous assurait une couverture Wifi qu’elle était bien pour l’avoir utilisée un peu ; même si j’ai pas mal entendu le contraire. De toute façon la plupart des gens ne remarquent les choses que si elles leur manquent.

Après la conf. de Stallman, le groupe s’est séparé pour suivre les autres confs données. Le “bar” n’étant pas bien loin, on finit par y entrer… D’ailleurs on n’est plus seuls puisqu’on retrouve ici madflo, kena, ainsi qu’une centaine d’autres personnes se battant pour un sandwich au thon, et un choix plus important en bières. Sympa. :) Suite à ce “délicieux” moment pas-nutella du tout, et toujours sans bouffe on décide d’aller faire un tour, et de revenir plus tard.

Etrangement attirés par le mot Debian, on se retrouve à suivre un rapide historique/état des lieux de la distribution. C’est marrant de se rendre compte que le projet devient de plus en plus européen avec le temps… C’est plein de comparaisons dans tous les sens avec d’autres softs, nombre de paquets, développeurs, blablabla on a faim en fait. Il fait encore super froid, et on retourne vers le bar presque désert maintenant. Enfin, manger.

L’après-midi se remplit de confs Jabber où je reste un peu avec davux. On découvre que Gradient ça a l’air super bien, mais aussi que PubSub c’est mieux que ce qu’on pensait. La conf. de Ralph Meyer sur le sujet était vraiment excellente. Voir aussi par ici.

Vers 18 heures on se regroupe finalement, bien décidés à profiter un peu de la Belgique et de ses quelques bières. God bless the Chimay, puis rapide bouffe chez le chinois d’à côté. Soyons clairs : ce pays est plein de bières pas cher, il faut vraiment que j’y retourne. Ce serait criminel de ne pas en profiter.

Le reste de la nuit est le passage le plus grunge du week-end. Vous avez déjà dormi dans une voiture ? Ou peut-être que vous y’avez fait des choses moins avouables. Dans un cas comme dans l’autre, il est clair que c’est le pire endroit si vous ne pouvez pas squatter ailleurs. Et peu importe la pratique qui vous a mené dans cette voiture vous en sortez en général avec d’étranges douleurs lombaires… Bref, réveil, matin, pâtisseries (miam), cafés.

JOUR 2

Les confs du dimanche… Un certain Matthias Ettrich nous parle de KDE, de Qt, et de ce qu’ils veulent en faire (plus d’intégration Gnome avec d-bus, etc). Une bonne chose c’est qu’il admet que le problème de KDE est la durée atroce qu’il lui faut pour se lancer. :)

Puis ensuite Debian Women où se retrouve plus ou moins tout notre petit groupe. Bizarre… La conf. est donnée par une fille, c’est la première que je vois faire un talk ici, mais je ne les ai pas tous suivis de toute façon. Le but du projet est d’encourager les femmes à utiliser Debian, histoire de ne pas en faire un projet strictement masculin. Le nom de la distrib’ est un mix de prénoms maculin/féminins, pourquoi ne pas faire de même pour le projet lui même et intégrer plus de femmes. Plein de gens se trouvaient dans la salle, comme quoi on s’intéresse… C’est un début.

On décide aussi de qui part avec qui puisque une des deux voitures doit rentrer sur Paris vers 15h (avec moi dedans en fin de compte… Grml). N’empêche, c’est bien on est arrivera pile à temps pour les embouteillages de fin de journée.

Manger vite fait puis on se déplace Un dernier talk super sympa sur kFreeBSD (grossièrement : vous prenez une Debian, puis remplacez le noyau Linux par celui de FreeBSD), qui a failli tourner en troll, mais non… personne ne dit que l’un est meilleur que l’autre : juste qu’on peut le mélanger alors pourquoi ne pas le faire ? Bref, c’est un gros hack, mais ça marche plutôt bien puisque la présentation qui nous a été faite tournait dessus. Mignon. Moi je m’en fous, maintenant je suis grillé : j’ai un swirl Debian sur mon portable. ;)

Comme quoi on se regroupe ici pour construire, plus qu’autre chose. Les gens ont tous l’air de geeks (voire pire), on peut récupérer des goodies un peu partout histoire de financer certains projets, ou juste faire la promo d’alternatives libres à des softs proprietaires bien connus. Ah non pardon, pas chez Mozilla : chez eux il faut apparemment s’inscrire pour quoique ce soit… Ben voyons, ce sera sans moi alors. Boulets.

Et c’est à peu près tout en fait. Il faudra qu’on refasse la même chose avec encore plus de gens à l’occasion, plus d’organisation aussi. Ce serait drôlement bien… Si je me compte, on était trois étudiants de l’Insia. C’est pas grand chose, mais déjà ça. Les autres sont sûrement trop occupés à skier comme des cons sur des pistes de merde en se baffrant de tartiflettes pourries (je plaisaaante roooh :P).

C’est super court deux jours, mais d’un autre côté j’ai l’impression d’avoir un peu couru dans tous les sens. J’ai récupéré des idées, fait le plein de motivation, rencontré des personnes que je ne croisait sur que sur IRC, d’autres que j’avais jamais vues, etc.

Et donc le Fozdaime caibon mangézan. :)